Repenser le paradigme de la mobilité

Bien que le titre de cet exposé absolument fantastique de Marco te Brömmelstroet soit « Repenser le paradigme de la mobilité », il peut en fait être perçu comme un cours bref, mais amusant sur le pouvoir du langage, sur la simplification, l’ingénierie forestière, l’ingénierie routière, l’Homo economicus, l’efficacité, l’optimisation pour la mauvaise chose, et le l’équilibre inexact entre les machines et les humains, dans lequel nous vivons actuellement. Je vous encourage également à écouter et éventuellement à faire des recherches plus approfondies sur certains des auteurs et des livres qu’il mentionne, car les leçons sur la pensée en systèmes et sur le fait de « voir comme un état », entre autres, peuvent être appliquées à une variété de domaines et de cas, et pas seulement aux infrastructures cyclables.

Brömmelstroet parle de la forêt primitive et de la forêt optimisée conçue autour de l’idée d’un « arbre normal », pour faire une analogie avec la rue primitive. Avant l’arrivée des voitures, la rue primitive était l’espace entre les bâtiments, c’était un salon public, un endroit pour jouer, pour marcher. Lorsque les voitures ont été ajoutées, à l’échelle, la rue est devenue optimisée pour la machine, marginalisant l’humain. Une logique qui a commencé à se solidifier autour des institutions, des lois, des comportements, et même de l’infrastructure physique solide.

Nous sommes passés de la rue primitive à la rue de la production où tout le reste devait disparaître. Notre imagination sur l’avenir de la mobilité consiste toujours à faire en sorte qu’elle soit plus rapide, plus facile, plus confortable, moins chère et, bien sûr, durable, agréable et sûre.

Ne compressons pas tout l’exposé dans ce billet, vous devriez prendre 32 minutes pour le regarder, mais je terminerai par cette citation ci-dessous. Tout en montrant une vidéo d’une intersection très fréquentée à Amsterdam, Brömmelstroet nous demande de la voir non pas comme le ferait un ingénieur routier, mais comme un sociologue, qui verrait les gens interagir de diverses manières, se faire des signes, négocier, cohabiter. Ce sociologue verrait de nombreuses personnes différentes, de tous horizons, se rencontrer dans l’espace public, être exposées à la diversité, s’engager auprès de personnes extérieures à leur bulle. Et ensuite :

La diversité apporte cette nouvelle lentille pour penser à nos rues et si vous consultez la littérature, il y a une énorme liste d’effets potentiels : un plus grand sentiment d’appartenance, un plus grand sentiment d’influence, un plus grand sentiment d’intégration, la satisfaction des besoins, des connexions émotionnelles partagées, un plus grand sentiment d’être voisins, si les gens sont plus exposés les uns aux autres, l’efficacité collective augmente, la participation citoyenne augmente, un plus grand sentiment de communauté, un plus grand sentiment d’appartenance, un plus grand sentiment de lieu. Mais peut-être que le plus important est un niveau de confiance plus élevé.

Cela fait beaucoup d’avantages variés rien qu’en considérant la cohabitation réelle dans les rues, d’humain à humain. Il propose un nouveau langage autour du vélo et de la mobilité, en se concentrant sur différentes mesures, en considérant différents résultats, et pour « minimiser la machine et laisser l’humanité prospérer. »

Les limites de mon langage signifient les limites de mon monde.
—Ludwig Wittgenstein”

Photo: Norali Nayla sur Unsplash.