Les habitants de Bristol récupèrent leur territoire

La gentrification est un problème majeur dans de nombreux quartiers des villes du monde entier. Des groupes d’habitants de Bristol, au Royaume-Uni, s’unissent pour récupérer une partie du territoire et des propriétés considérées vitales pour leur communauté.

Aujourd’hui, Stokes Croft fait face à la même menace de gentrification que de nombreux autres quartiers. Au cours des dernières années, Bristol a connu des augmentations astronomiques du coût du logement, alimentées en partie par sa popularité en tant qu’alternative à Londres. Le quartier connaît un développement effréné alors que les entreprises cherchent à tirer profit de la valeur culturelle créée par les communautés locales au fil des décennies.

Ils le font en ravivant les biens communsle concept de bénéficier d’une ressource et de la gérer collectivement. Nick Hayes, auteur du Book of Trespass – une exploration de la propriété foncière, de l’enclos et de l’exclusion en Angleterre – propose cette définition :

« Vous obtenez les droits sur une ressource si vous y mettez l’effort. C’est aussi simple que ça. Vous lui montrez un peu d’amour et vous obtenez un peu d’amour en retour. »

Le concept est généralement associé au contexte des terres agricoles ou de l’espace public. Dans ce cas, il est également utilisé comme une vision de l’activité économique locale, pour « garder l’argent local et empêcher que l’argent ne soit extrait par la spéculation ». On le trouve également dans l’intégration des bâtiments dans la propriété communautaire par le biais d’un « Community Land Trust (CLT) ».

« Le premier CLT, New Communities Inc., a été fondé en 1969 par un groupe de métayers afro-américains qui voulaient créer des logements durables après avoir été forcés de quitter leur domicile en raison de leur inscription sur la liste électorale d’Albany, en Géorgie, une ville qui a été le point d’éclair pour le mouvement des droits civiques. »

Les défis et les solutions à Bristol témoignent d’une lutte constante entre la propriété privée omniprésente et les biens communs partagés dont tous bénéficient. Les communautés qui travaillent ensemble versus la propriété privée et les sociétés.

« L’action communautaire, c’est un terme que nous avons inventé. Il fait référence aux actions remboursables dans une société. La société est une entité juridique, assimilable à une société ou à une société d’intérêt communautaire. Son objectif est social. Vous n’achetez pas d’actions pour un rendement financier. Vous achetez des actions pour un rendement social.»

Les solutions sont en place, mais elles nécessitent une plus grande visibilité et des efforts de la part de chaque communauté.

Image: © Stokes Croft Land Trust