La « première ferme-bibliothèque du monde »

Certaines choses géniales vont de pair, même s’il faut parfois un certain temps avant que quelqu’un ait l’idée d’essayer la combinaison. C’est ce qu’a prouvé Meg Backus, à l’époque directrice des programmes pour adultes et coordinatrice des relations publiques de la Northern Onondaga Public Library (NOPL). Mme Backus a vu un terrain vide de l’autre côté de la rue de la bibliothèque et a lancé l’idée de créer un jardin sur le terrain de la bibliothèque. Très vite, 40 membres ont apporté « leur propre eau, leurs graines, leurs semis et d’autres éléments de culture pour voir si ce terrain pouvait produire ».

La hausse des prix des denrées alimentaires a rendu le projet encore plus vital et, comme les jardins communautaires sont souvent éloignés des terrains bien en vue ou difficilement accessibles, la ferme de la bibliothèque attire l’attention et rend possible de multiples programmes de la bibliothèque sur le jardinage et les sujets connexes.

Au fur et à mesure que la ferme se développait, les fournitures apportées par les membres ne suffisaient pas, il fallait plus d’espace, plus de graines, et la croissance des programmes d’enseignement nécessitait également de l’aide. Des partenariats ont été nécessaires.

[L]a Library Farm a commencé à former des partenariats avec des organisations du comté d’Onondaga et des environs. Elle s’est associée à Syracuse Grows, un organisme local à but non lucratif qui soutient la production alimentaire urbaine, pour recevoir des semences et des plants, et à l’agence de récupération des ressources du comté d’Onondaga qui a commencé à donner du compost et du paillis.

Finalement, grâce aux jardiniers bénévoles, aux dons et aux subventions, le groupe a réussi à cultiver davantage, proposant certaines cultures à la vente et aux dons. Les dons, en particulier, permettent à la Library Farm de rendre un service communautaire dans tout le comté d’Onondaga.

Les dons de fournitures permettent à la succursale de Cicero de NOPL de fournir chaque année plus de 200 livres de produits frais aux personnes souffrant d’insécurité alimentaire à Cicero, ainsi qu’aux deux autres succursales de Brewerton et de North Syracuse.

Les plantes ne sont pas les seules à pousser à la ferme, l’expertise et le nombre de jardiniers aussi, et grâce aux programmes d’éducation et au partage ponctuel entre jardiniers, les participants nouvellement arrivés peuvent apprendre rapidement.

Les membres ont également bénéficié directement du fait que Library Farm est située à proximité d’une bibliothèque publique. Mme Rosenstein se rappelle que lorsqu’elle a commencé, elle a « emprunté une tonne de livres sur le jardinage ». La lecture de ces livres, alors qu’elle commençait son parcours de jardinage, lui a permis de comprendre la théorie agricole et de la « mettre en pratique »./blockquote>

Aujourd’hui, la ferme de la bibliothèque est non seulement utile à ses membres et aux communautés qui bénéficient du don, mais elle est aussi un lieu d’incubation de l’expertise en matière de jardinage, ce qui en fait une ressource vitale pour la communauté du comté d’Onondaga et d’autres projets de jardinage dans la région.

Photo: Courtesy of the Northern Onondaga Public Library.