Assemblées citoyennes

Il existe de nombreux moyens de transformer les villes. Les gens se concentrent souvent sur les nouvelles technologies, les modifications apportées aux rues, les ajouts de parcs, les moyens de construire autrement…Toutes ces solutions peuvent fonctionner. Cependant, il existe un moyen plus simple qui peut avoir un impact énorme et changer la façon dont toutes les autres solutions sont mises en œuvre : la gouvernance. Comment les gouvernements sont-ils dirigés, par qui et pour qui ? Un nombre croissant de villes et de nations espèrent réparer les démocraties dysfonctionnelles à l’aide d’assemblées citoyennes.

Une assemblée citoyenne est un groupe de personnes choisies aléatoirement pour représenter le grand public et faire des recommandations aux gouvernements. L’idée s’inspire en partie du tirage au sortpratiqué par les Athéniens au VIe siècle av. J.-C. et a été relancée dans les années 1980. « Les assemblées citoyennes gagnent en popularité depuis 2010. »

Au cours des quatre dernières décennies, des centaines de milliers de personnes à travers le monde ont été invitées par des chefs d’État, des ministres, des maires et d’autres autorités publiques à participer en tant que membres à plus de 500 assemblées citoyennes et à d’autres processus délibératifs pour éclairer l’élaboration des politiques. […]

Des décisions importantes ont été prises par des citoyens concernant des plans stratégiques de 5 milliards de dollars sur 10 ans, des stratégies d’investissement dans les infrastructures sur 30 ans, la lutte contre les discours de haine et le cyberharcèlement, la prise de mesures préventives contre l’augmentation des risques d’inondation, l’amélioration de la qualité de l’air, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et bien d’autres défis.

Bien sûr, c’est beaucoup plus compliqué que de simplement sélectionner aléatoirement des citoyens. L’objectif est de fournir « des espaces démocratiques permettant aux citoyens de faire face à la complexité des questions politiques, de s’écouter et de trouver un terrain d’entente ». Pour le faire de manière éclairée, le groupe est généralement accompagné d’experts du domaine. Ils ont le temps de se renseigner sur le sujet, de poser des questions, de discuter entre eux ainsi qu’avec les experts et de se mettre d’accord sur les solutions.

Les assemblées font ressortir l’intelligence collective de la société – le principe selon lequel le rassemblement d’un groupe diversifié aboutira à de meilleures décisions que des groupes plus homogènes. […]

La recherche démontre également que le fait d’être membre d’un organe délibérant renforce le sentiment d’agence des citoyens, ce qui crée une conscience collective et nous permet d’exploiter notre capacité collective.

Un exemple récent vient de commencer son travail à Paris, inspiré des « gilets jaunes ». Bien que le processus ait été retardé par la pandémie, une assemblée citoyenne est désormais en place à Paris.

Si vous deviez être élu membre de l’Assemblée citoyenne de Paris, vous auriez quatre responsabilités. Tout d’abord, vous façonnerez les priorités d’investissement en décidant le thème du budget participatif de 100 millions d’euros à l’échelle de la ville de l’année suivante.

Les propositions du groupe prennent la forme d’un projet de loi local et sont soumises au conseil de Paris pour débat et vote.

Les membres de l’Assemblée sont invités à se mettre à la place de la communauté et à penser au bien public, à peser les preuves reçues, à écouter les autres membres dans la salle, à parvenir à un jugement public éclairé et à trouver terrain d’entente.

L’article fournit des détails sur le fonctionnement de l’assemblée et inclut d’autres exemples, comme dans les villes belges d’Ostbelgien et de Bruxelles.

À Bruxelles, en Belgique, les parlements régionaux ont relié la délibération représentative des citoyens aux commissions parlementaires sous la forme de commissions délibératives mixtes, où les députés et les citoyens travaillent directement ensemble pour traiter une question au-delà des lignes de parti.

Il existe maintenant de nombreux exemples à travers le monde et de nombreuses preuves que ce type de démocratie délibérative fonctionne bien. Les résultats montrent que, lorsqu’elles sont correctement structurées et soutenues, les assemblées citoyennes permettent de résoudre des problèmes et, surtout, elles aident à surmonter la polarisation et à renforcer la confiance.

Voir plus : Également publié dans le magazine Noema, un article soutient que les assemblées citoyennes pourraient être utilisées pour rendre la finance plus démocratique et équitable.

Image: Antenna sur la plateforme Unsplash