Transformer les villes en éponges

As a growing number of people realise, climate change isn’t just about large-scale, somewhat slow change; it’s also about more frequent and Les gens commencent à réaliser que le changement climatique n’est pas simplement une transformation progressive à grande échelle. Il s’agit également d’événements météorologiques plus fréquents et plus extrêmes, tels que des orages qui se produisent désormais deux ou trois fois en 15 ans plutôt qu’une fois tous les 100 ans.

Lorsque ces événements se produisent, les villes, en particulier celles situées au bord des rivières, ont tendance à être touchées mais elles sont rarement construites pour supporter ce genre d’extrêmes. De nombreuses villes se sont également étendues dans les zones humides et les plaines inondables, ce qui n’aide pas leur cause. Partout dans le monde, les autorités mettent en œuvre des techniques pour absorber ou détourner l’eau pour protéger les villes des effets du changement climatique.

Il existe diverses solutions qui consistent souvent à transformer les villes en « éponges ». « Imaginez une ville faite d’éponges, ou de surfaces semblables à des éponges, capables d’absorber l’eau de pluie, les rivières débordantes ou les ondes de tempête et de libérer cette réserve d’eau en périodes de sécheresse. »

Redécouvrir les moyens de la nature apporte de nombreuses solutions et rend les lieux plus vivables.

Partout dans le monde, les responsables s’éloignent de l’infrastructure traditionnelle des barrières contre les inondations, des murs en béton, des ponceaux et des systèmes d’égouts. Ils s’orientent plutôt vers des solutions qui imitent la nature. Ils construisent des toits verts et des parcs, restaurent les zones humides, les baissières et les rivières, creusent des bassins de réserve d’eau, etc. Ces projets (appelés villes éponges, villes poreuses ou infrastructures bleu-vert) améliorent la qualité de vie des citadins. […]

Selon M. Yu Kongjian, architecte paysagiste à l’Université de Pékin, la philosophie de développement des éponges n’est pas un nouveau concept, mais une façon de vivre dans des villes qui utilisent leurs caractéristiques naturelles, tiennent compte de leur climat et appliquent des solutions adaptées au territoire.

Plutôt que de se débarrasser de l’eau au plus vite, l’objectif est de rendre les villes plus poreuses, afin qu’elles ralentissent l’eau et en absorbent davantage, ce qui a l’avantage supplémentaire de réduire les eaux de ruissellement, source importante de pollution des cours d’eau urbains.

La Chine met à jour des centaines de villes et leurs statistiques sont fort intéressants.

Le Yangtze River Beach Park à Wuhan. Là où les remblais bordaient autrefois la rivière, le projet a ajouté des pentes douces de végétation et des surfaces perméables sur plus de quatre miles : 45,000 arbres, 125 milles carrés d’arbustes et 150 milles carrés d’herbe, 15 terrains de football et sept piscines. Le parc séquestre désormais 725 tonnes de dioxyde de carbone par année, réduit la température de plus de 5 degrés Fahrenheit par rapport au reste de la ville et a plus que doublé la valeur du territoire, selon une étude.

L’article donne également des exemples à New York et à Philadelphie aux États-Unis et à Malmö en Suède. Mais il s’agit d’un problème mondial. Comme pour la plupart des changements climatiques et des problèmes économiques, le sud risque d’être le plus intensément touché tout en contrôlant le moins de ressources – une autre raison de rendre la transition climatique plus verte et plus équitable.

Image : De fortes pluies le long du fleuve Yangtze à Wuhan en 2020 ont provoqué des inondations. Un nouveau projet de ville éponge pour absorber l’eau de pluie le long de la rivière entraîne l’ajout de pentes de végétation et de surfaces perméables : 45,000 arbres, 125 milles carrés d’arbustes et 150 milles carrés d’herbe, 15 terrains de football et sept piscines. Crédit : Getty Images