Les co-cités et l’État facilitateur

Cet excellent article de Sheila Foster, From Vacancy to Decommodification: Co-Cities and the Enabling State, faisait partie d’un symposium sur la décommodification de la propriété urbaine, organisé par le projet LPE (Law and Political Economy). Dans ce document, Foster montre comment la marchandisation de la propriété peut être remplacée par une vision axée sur la communauté, et comment les maisons et les ressources partagées peuvent être gérées dans des fiducies foncières, plutôt que comme des propriétés privées négociées sur le marché spéculatif.

Les maires de Los Angeles et de Philadelphie ont fait pression pour que ces propriétés soient rendues aux communautés et retirées du marché spéculatif, pour être détenues par exemple par une fiducie foncière communautaire. Elles remettaient en question l’attitude de l’État qui permettait l’utilisation de terrains et de structures vacants et disponibles alors que tant de résidents manquaient de biens et de produits de première nécessité, y compris de logements.

L’article ne le mentionne pas directement, mais on peut y voir un exemple fort de la façon dont le capitalisme est devenu la façon de facto de tout gérer, même pour des entités publiques comme les États et les villes. Pourquoi les villes créent-elles des institutions qui gèrent les terrains et les bâtiments publics comme le font les entreprises ? Pourquoi les villes ont-elles largement oublié que la propriété publique peut être gérée comme une ressource partagée ?

Les occupations démontrent la tension qui existe souvent entre les membres de la communauté environnante, qui veulent être en mesure d’utiliser ces ressources pour le logement, les aménagements verts et la production d’aliments sains (par exemple, des fermes ou des jardins urbains) – et le gouvernement local, qui peut espérer vendre les propriétés abandonnées à des promoteurs ou des investisseurs privés.

Le livre à paraître de Foster, Co-Cities, écrit avec Christian Iaione, identifie l’émergence d’efforts de l’État pour « dé-commodifier les propriétés – en particulier les terrains et structures sous-utilisés du domaine public – en créant une relation d’intendanceentre ces ressources et les populations urbaines marginales et mal desservies ».

Les politiques et pratiques locales que nous avons identifiées, dans des villes du monde entier, soutiennent la coproduction et la cogouvernance de logements abordables, de terrains pour la culture de produits alimentaires, d’espaces verts ou récréatifs, d’entrepreneurs et d’espaces de travail partagés, ainsi que de nouvelles formes de connectivité à haut débit et de fourniture d’énergie.

Cela nous rappelle le concept de partenariat public-privé, dans lequel les institutions publiques s’associent à des entreprises publiques pour réaliser des projets. Ici, l’État facilitateur s’associerait plutôt à la société civile, à des groupes de citoyens

Le principe de l’État catalyseur reflète l’idée que l’État peut et doit jouer un rôle de catalyseur dans l’orientation du changement en aidant à former de nouvelles structures institutionnelles, à transformer les communautés et à créer ou façonner de nouvelles économies plus justes et non extractives.

À mesure que les villes gagnent en importance en raison de leur poids démographique et de leur position de première ligne dans la crise climatique, c’est un concept très intrigant. Au fur et à mesure qu’elles (re)construisent leurs capacités et récupèrent leurs propres pouvoirs et leur propre gouvernance, les villes pourraient le faire en interne, mais aussi à travers cette vision de l’État habilitant.

Image: Breno Assis on Unsplash.