Aligner économie circulaire et inclusion à Vancouver

Qu’il s’agisse d’un ralentissement économique, d’une pandémie ou de catastrophes climatiques, il devient évident que les communautés marginalisées subissent davantage les conséquences et qu’elles doivent être au centre de toute discussion sur le rétablissement. À Vancouver, au cours de l’année 2020, un certain nombre de projets et d’organisations ont fait exactement cela, en alignant l’économie circulaire et l’inclusion.

Les réponses à la conception d’un retour plus juste et durable résident dans l’utilisation des ressources existantes et dans la prise en compte de notre consommation et production collectives : « Réduisons notre consommation, consommons lentement les produits que nous avons, et lorsque nous ne pouvons plus les utiliser, réparons-les, réutilisons-les ou partageons-les avec quelqu’un qui le peut. Lorsque ce n’est pas possible, utilisez les matières premières pour fabriquer autre chose. »

La prise de conscience sur ces questions interdépendantes est croissante, mais certaines personnes s’attaquent à ces problèmes depuis quelques années, en construisant des modèles durables. Comme le Wood Shop, une coopérative qui fonctionne depuis 2014.

Chris Nichols est le cofondateur de Wood Shop, une coopérative de travail de Vancouver où des travailleurs qui ont rencontré des obstacles à l’emploi fabriquent des meubles personnalisés avec du bois récupéré. « Je pense que la seule façon pour des organisations comme la nôtre d’accroître leur impact est la collaboration, dit-il. C’est notre plus grand atout, et nous devons l’utiliser à notre avantage. J’espère que d’autres pourront apprendre des erreurs que nous avons commises et des efforts que nous avons déployés. »

D’autres ont été contraints de repenser leur activité au cours de l’année écoulée, et ont profité de l’occasion pour établir des modèles circulaires.

Sharewares, la nouvelle activité principale d’Irwin, fournit des récipients réutilisables à cinq cafés de Vancouver, permet aux clients de rapporter les récipients dans n’importe quel café participant à l’aide d’une application géolocalisée, et lave les récipients dans une installation centralisée.

Un modèle circulaire commence souvent par la réparation et la réutilisation, qui sont le plus souvent effectuées localement. Ainsi, l’inclusion doit non seulement faire partie intégrante de la réinvention de nos façons de faire, mais il est également logique et efficace de l’inscrire localement.

Photo: vue du centre-ville de Vancouver. Crédit: Wikimedia Commons